Session Cocooning

28 février 2016

Marbré au cacao

Le goûter c’est sacré, mais il ne faut pas en abuser. Alors un marbré, c’est un bon compromis. C’est gourmand mais pas trop chocolaté. Attention : la durée de cuisson dépend de chaque four, je vous conseille de le surveiller régulièrement dès 45min afin d’éviter une sur-cuisson. 

Recette du marbré au cacao
Ingrédients pour un grand moule à cake / brioche
250g de beurre mou
250g de sucre
1 paquet de sucre vanillé
4 œufs
500 g de farine
1 paquet de levure chimique
1 pincée de sel
10 cl de lait
3 c à soupe de cacao en poudre pour pâtisserie
10 g de beurre
Un peu de beurre et de farine pour le moule

Préparation 
(préparation: 25min / cuisson: 1h10 (à surveiller, dépend de chaque four) 
Préchauffer le four à 180°C.
Dans une jatte, malaxer le beurre, le sucre et le sucre vanillé.
Ajouter les œufs, mélanger le tout pour un mélange lisse.
Travailler le tout avec une fourchette. 
Ajouter la levure, le sel et la farine.
Incorporer, petit à petit, la moitié du lait, jusqu’à obtenir un mélange homogène.
Verser les 2/3 de la pâte dans un moule beurré et fariné.
Mélanger le reste de la pâte avec le cacao en poudre et le reste de lait.
Disposer la pâte au cacao au centre, sur toute la longueur, par dessus la pâte normale. 
Pour obtenir un effet marbré, former des « S » à l’aide d’une fourchette de haut en bas de la pâte, sur toute la longueur du moule.
Lisser la pâte en surface.
Enfourner à mi-hauteur, 1h10, en mode cuisson gâteau, four à chaleur tournante. 
Pour vérifier la cuisson, planter un couteau dans le marbré, la lame doit ressortir sèche. 
Laissez refroidir 30 minutes.

Marbré cacao, recette, FleurdÔ

Posté par -FleurdO- à 20:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,


19 février 2016

La Noria 14/02/2016

Dans un écrin de verdure: "La Noria" 22,24 av Bourges Maunoury, 31200 Toulouse 
site web: lanoria-toulouse.fr 

Ces deux dernières années, je vous avais fait partager mon vécu à cette même adresse: La Noria 2015  et La Noria 2014.
Jamais deux sans trois, La Noria nous revoilà! Après avoir pratiqué une bien gourmande augmentation, le prix du menu est revenu à un tarif plus raisonnable. Menu à 30€ comprenant: 

~~~~
Amuses bouches et kir
-
Foie gras poêlé aux fruits rouges
-
Bouillabaisse de lotte, lait de coco, gingembre
Ou
Grenadin de veau de l’Aveyron en croûte de noisette.

Moelleux au chocolat coeur chocolat blanc
~~~~

Les mises en bouche étaient composées de feuilletés et de petites tartines. Toujours agréable de picorer en attendant la suite.
Le foie gras était très bon, par contre l'association avec le cassis n'est pas la plus goûteuse qu'il existe. 

Le grenadin de veau n'était pas tendre, grande déception. Mention excellente pour le gratin dauphinois. Les petites tomates farcies apportaient une petite touche de couleur dans l'assiette, mais la sauce du dessous masquait le goût de la farce.
Lorsque l'assiette de bouillabaisse est arrivée, je l'ai trouvé bien pâlichonne...Mais après avoir donné quelques coups de fourchette, je fus rassurée, car malgré l'apparente morosité du plat, le goût lui était présent. Tous les ingrédients se mariaient parfaitement. Une sauce rouille, proposée dans un ramequin, rehaussait la lotte. Un vrai régal!

Quant au dessert, l'éternel moelleux au chocolat, il était bon et bien moelleux. Cependant, pour un menu festif, on s'attendrait à plus d'originalité quant au choix du dessert. 

Le gérant est toujours seul en salle, mais cette année le service fut fluide et les plats s'enchaînaient à un rythme appréciable.
On repart avec une rose et ça, ça fait toujours tellement plaisir! 

Les - : Une prėsentation des plats très sommaire. Rien de nouveau dans les fourneaux... 
Les + : un repas généreux dans un cadre très agréable, c'est tout à fait ce que nous voulions pour ce jour-là.

La Noria, Toulouse, Saint-Valentin, FleurdÔ

14 février 2016

Votre session cocooning est de retour

Je reviens vers vous, après quelques mois d'absence. Déménagement, changement professionnel, tellement de choses à faire, à penser....
Les jours, les semaines, les mois, la VIE passe si vite...

Je reviens pour retrouver ces moments où l'on se pose pour écrire et partager ses expériences....
Ces bulles que l'on s'accorde trop peu dans un quotidien harassant et où tout va trop vite.

Chers lecteurs, lectrices, votre Session Cocooning n'attend que vous désormais...

photos provenant de pinterest.com

Posté par -FleurdO- à 21:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Tu es moi de Edmonde Permingeat

Tu es moi de Edmonde PermingeatTu es moi-Permingeat-critique, avis, roman-FleurdÔ
Éditeur: France Loisirs / Collection: Nouvelles Plumes
Publié en septembre 2015

Prix des lecteurs France Loisirs 2015

Résumé:
Noëlie, mariée à un riche médecin dans le sud de la France, trompe son ennui en étalant sa vie de rêve sur Facebook. Léo, un petit voyou, remarque l'incroyable ressemblance entre la jeune femme et sa petite amie, Zoé, et concocte un plan infaillible : kidnapper Noëlie afin que Zoé prenne sa place. La jeune aide-soignante joue le jeu et la voilà propulsée mère de famille et épouse d'un homme qui ne la laisse pas indifférente... Mais troublée, Zoé s'interroge : et si cette ressemblance n'était pas le fruit du hasard ?

Mon avis (5/6)
Psychologie, amour, haine, désir, non-dits, secrets émaillent cette épopée qui lie plusieurs familles. La Famille, sujet fort du livre. Les sentiments de chaque personnage sont bien détaillés, l'héroïne est forte, courageuse et pleine d'espoir pour l'avenir. On côtoie des personnages de tout horizon social, on navigue à travers de nombreux lieux. Un zeste d'humour est distillé également dans quelques situations, répliques, on sourit forcément! 

Certains diront que l'écriture est trop scolaire, simple, pour ma part elle ne m'a pas gênée et m'a permise d'être transportée dans l'histoire avec une étonnante facilité. Il m'est arrivé de lire plusieurs fois un passage, car le style était si joli, si poétique...souvent dans les moments les plus dramatiques.
D'autres diront que les personnages sont des clichés, des caricatures, en ce qui me concerne je les ai trouvés loin de cela, car ils sortent tous de leur cadre habituel et nous prouve qu'ils ont bien d'autres casquettes en réserve.

L'histoire prend très souvent des tournures inattendues et grâce à cela on est toujours happé par le récit. 
J'ai lu ce livre en trois soirées, autant dire que je l'ai dévoré, car on veut savoir la suite des aventures des protagonistes. 
La fin m'a beaucoup émue et surprise, elle fut à la hauteur du roman.

J'ai décelé quelques incohérences et raccourcis culottés qui auraient nécessités un minimum de transition...n'oublions pas qu'il s'agit là de son premier roman. Malgré cela, l'histoire m'a tellement plu de part son originalité et son rythme que je ne peux me résoudre à lui baisser sa note. 

A toi, Rowan Joffé, réalisateur (adaptation ciné de "avant d'aller dormir"), qui je n'en doute pas, lis mon blog (joke), il faut que tu adaptes cette histoire au cinéma!  

Quelques passages:
"Putain, amène-toi, Zoé, viens voir ça, y a ton portrait craché sur Facebook!"

"Pieds nus, enveloppée dans une grande serviette, elle vint s’asseoir quelques instants plus tard sur le canapé crasseux aux accoudoirs constellés de trous de cigarettes. Les ressorts saillaient comme des serpents enfermés dans un sac. Léo trépignait d’impatience, le portable sur les genoux."

"Le vieil homme ferma les yeux et, comme si les digues érigées depuis des décennies sur ce lourd secret de famille sautaient, une cataracte d'images prisonnières des eaux troubles de son passé déferla dans un tourbillon."

"On s'habitue à tout. Même au pire! Chaque jour répétait le précédent, immuablement. Le temps n'était plus une mesure, mais quelque chose d'épais et de poisseux dans quoi elle était engluée comme un insecte sur un attrape-mouche."

"La femme pinça la peau de son ventre entre le pouce et l'index et la tira, dévoilant un minuscule bourrelet.
-Regard cette énorme bouée, ça me bouffe la vie, je ne peux plus me voir dans un mirroir.
-Quelle conne! pensa Zoé, si elle devait trimer pour gagner sa croûte, elle n'aurait pas le loisir d'observer son lard et son nombril!"

"Ces richards s'en croient comme des dindons borgnes et crachent sur les petites gens. Et qu'est-ce qu'ils ont de plus que nous? glapit le beau-père. Ils n'ont pas compris que sur le plus beau trône du monde, on est jamais assis que sur son cul!"

"Comment avait-elle pu prendre sa place et vivre chez elle en toute quiétude en la sachant prisonnière dans cette immonde masure? Lui voler son mari et ses enfants? Abuser de la confiance de ses parents?"

"Un matin gris collait à la baie vitrée comme du papier sale. La contemplation de son existence en images lui avait fait oublier l'hiver et réveillé le printemps en lui restituant, par-delà la mort, l'être sans qui sa vie était devenue un désert. Le vide avait fait place au jaillissement d'une plénitude. Mais l'album à peine refermé, la souffrance revenait."

"Le nuage noir de son chagrin emprisonné depuis des jours dans son coeur creva soudain, explosa en grêlons dans ses yeux tout brouillés. Quand elle se releva, elle accrocha son image dans le trumeau: le fantôme d'elle-même, terrassé par le désespoir, errant sans feu ni lieu avec pour tout avenir les affres de la décrépitude."

Posté par -FleurdO- à 20:54 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

02 avril 2015

Mousse à la framboise

Les framboises, l'un de mes péchés mignons... Sous toutes les formes, je les aime! Cette recette est d'une simplicité enfantine et pourtant elle est délicieuse!!! Rapide, pas cher et plutôt light, j'adopte!

Recette de la mousse à la framboise
Ingrédients pour 2 personnes
100 g de framboises + une quinzaine pour le décor
20 cl de crème liquide entière
30 g de sucre blanc en poudre
1 feuille de gélatine
1 cuillère à café d'eau de rose ou d'extrait de vanille

Préparation (préparation:20min/cuisson:5min/réfrigération:4h)
Faire ramollir la gélatine dans de l'eau froide.
Mixer les 100g de framboises. Une fois que celles-ci forment un coulis bien lisse, en faire chauffer la moitié dans une petite casserole durant 5min. Ajouter l'eau de rose ou l'extrait de vanille. Mélanger bien le tout.
Retirer du feu. Essorer la gélatine entre vos doigts et l'ajouter au coulis de framboises. Mélanger à nouveau le tout. 
Avec un fouet électrique, battre la crème liquide afin qu'elle soit plus ferme. Ajouter le sucre. Fouetter à nouveau.
Mélanger délicatement cette chantilly à la préparation à la framboise. Verser cela dans des coupelles et placer au frais 4h minimum. Au moment de servir, disposer les framboises sur le dessus des mousses. 

mousse framboise-recette-fleurdô

Posté par -FleurdO- à 17:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


Les apparences de Gillian Flynn

Les apparences de Gillian Flynn
Editeur: Sonatine 
Grand prix policier des lectrices du magazine ELLE en 2013
Adaptation cinématographique: Gone Girl avec Ben Affleck

LesApparences-gillian flynn-thriller-policier-critique-avis-fleurdÔ

Résumé: Amy et Nick forment en apparence un couple modèle. Victimes de la crise financière, ils ont quitté Manhattan pour s'installer dans le Missouri. Un jour, Amy disparaît et leur maison est saccagée. L'enquête policière prend vite une tournure inattendue : petits secrets entre époux et trahisons sans importance de la vie conjugale font de Nick le suspect idéal. Alors qu'il essaie lui aussi de retrouver Amy, il découvre qu'elle dissimulait beaucoup de choses, certaines sans gravité, d'autres plus inquiétantes.

Mon avis (5/6):
Machiavélique, thriller paranoïaque, suspense, psychologie, le titre est parfait! Il ne faut jamais se fier aux apparences...
Vous aurez bien du mal à arrêter la lecture de ce thriller où la paranoïa est reine surtout lorsque vous passerez le cap du retournement de situation auquel on ne s'attend pas, ou plutôt que l'on envisage sans trop oser y penser...Une chasse au trésor, des indices disséminés de-ci de-là, des mises en scène, une presse avide de scoop à sensations, un entourage qui se divise, un couple mis à l'épreuve, de la culpabilité, des reproches, une soif de vengeance....tous les ingrédients sont là pour accrocher le lecteur! On se demande jusqu'à la fin si la vérité éclatera au grand jour ou si elle restera calfeutrée derrière les apparences. 
L'intrigue est longue à démarrer et Amy l'héroïne en fait parfois trop. L'auteur veut nous faire rentrer dans l'esprit des deux protagonistes. Le récit est parfois répétitif, certains passages me paraissent superflus et redondants.
Pourtant malgré les longueurs de certains passages, les Apparences de Gillian Flynn est un thriller incontournable pour tout amateur d'histoire mettant en scène des personnages totalement dérangés! 

Quelques passages: 
"Je suis vraiment désolé pour Amy, Rand, a dit Stucks par-dessus le chuintement des pneus. C'est une femme tellement gentille. Un jour, elle m'a vu en train de peindre une maison, je suais comme un pourceau en nage, eh bien, elle est allée à l'épicerie, elle m'a pris un soda géant, et elle me l'a rapporté, sur mon échelle. "
C'était un mensonge. Amy se moquait tellement de Stucks ou de son bien-être qu'elle n'aurait même pas pris la peine de pisser dans un seau pour lui."

"C'est une responsabilité injuste qui accompagne l'état d'enfant unique - vous grandissez en sachant que vous n'avez pas le droit de décevoir, vous n'avez même pas le droit de mourir. Il n'y a pas de remplaçant pour accourir après vous ; c'est vous, et point. Ça vous donne un besoin irrépressible d'être parfait, et vous vous enivrez du pouvoir qui va avec. C'est de cette étoffe-là qu'on fait les despotes. "

Nick s'est toujours moqué de mes listes interminables. "On dirait que tu veux être bien certaine que tu ne seras jamais satisfaite, qu'il reste toujours quelque chose à perfectionner, au lieu de profiter simplement de l'instant."

"Et les filles cool sont encore plus pathétiques : elles ne font même pas semblant d'être la femme qu'elles voudraient être, elles font semblant d'être la femme qu'un homme voudrait qu'elles soient."

"Cette putain d'énergie avait quitté peu à peu mon corps à mesure que mon cerveau moulinait frénétiquement pour essayer de trouver un moyen de la rendre heureuse, et que chaque action, chaque tentative était accueillie par un regard atterré ou un petit soupir triste. Un soupir qui disait : Tu ne comprends rien "

06 mars 2015

Une vie entre deux océans de Stedman

Une vie entre deux océans de M. L. Stedman
Edition Stock - publié en octobre 2013

71HRWKelYyL

Résumé: Libéré de l’horreur des tranchées où il a combattu, Tom Sherbourne, de retour en Australie, devient gardien de phare sur l’île de Janus, une île sur les Lights, sauvage et reculée. À l’abri du tumulte du monde, il coule des jours heureux avec sa femme Isabel ; un bonheur peu à peu contrarié par l’impossibilité d’avoir un enfant. Jusqu’à ce jour d’avril où un dinghy vient s’abîmer sur le rivage, abritant à son bord le cadavre d’un homme et un bébé sain et sauf. Isabel demande à Tom d’ignorer le règlement, de ne pas signaler « l’incident » et de garder avec eux l’enfant. Une décision aux conséquences dévastatrices…Un premier roman plébiscité dans le monde entier qui interroge les liens du coeur et du sang.

Mon avis (6/6): J'ai été captivé par l'histoire du début à la fin. Bien au-delà de mes espérances... j'étais aux côtés de chaque personnage, ravie de les retrouver à chaque lecture, une envie forte de connaître la suite. L'histoire est fascinante et ne ressemble pas à mes lectures habituelles. Un homme marqué par la guerre se reconvertit en gardien de phare. Il rencontre une jeune femme au tempérament audacieux, elle le rejoint sur la petite île de Janus au sud-ouest de l'Australie, îlot en proie à l'humeur des vagues. Leur vie va ressembler à cet environnement, parfois paisible comme une mer tranquille et parfois tumultueuse comme un océan déchaîné. Des décisions seront prises qui scelleront à jamais leur destin, mais qui ne seront pas forcément assumées.
L'écriture est fluide, sans longueurs et le rythme est toujours soutenu car l'histoire est très mouvementée, grâce à cela on ne voit pas les chapitres passer. On s'attache beaucoup aux personnages qui ont chacun des personnalités entière, en proie aux doutes. C'est un roman empli d'humanité, de la peur de perdre ceux que l'on aime et d'empathie.
Le titre est parfait: une vie entre deux océans mais aussi entre deux mères...
J'ai terminé la lecture avec un sentiment de satisfaction et une émotion que peu de livres m'ont transmis.
Je n'ai pas été étonnée d'apprendre que ce livre a franchi le cap du million d'exemplaires vendus et qu'il a été récompensé du Prix des libraires indépendants en Australie pour le meilleur premier roman et le meilleur livre de l'année et est arrivé finaliste du Women's fiction Prize en Angleterre.
La très bonne nouvelle: les studios Dreamworks ont acheté les droits et un film va être réalisé autour de l'histoire! 

Quelques passages:
"Une fois qu'un enfant était entré dans votre cœur, il n'y avait plus de bien ou de mal qui tînt. Elle avait vu des femmes donner naissance à des enfants engendrés par des maris qu'elle détestaient, ou, pire encore, des hommes qui les avaient violées. Et les femmes avaient aimé ces enfants d'un amour farouche, tout en haïssant les géniteurs."

"Pour avoir un avenir quelconque, on doit abandonner tout espoir de jamais changer son passé."

"On ne fait pas marche arrière des années plus tard, quand tant de gens vont être affectés. On doit vivre avec les décisions que l'on prend. C'est ça, le courage. Assumer les conséquences de ses erreurs."

"Le bien et le mal, ça peut être comme deux foutus serpents : si emmêlés qu'on ne peut les différencier que lorsqu'on les a tués tous les deux et alors il est trop tard."

"Une vie était apparue puis avait disparu, et la nature n'avait pas marqué la moindre seconde de pause pour elle."

"Il arrive que la vie soit impitoyable, Isabel. Il arrive qu'elle vous déchire. Et il arrive aussi, au moment où vous pensez que ça ne peut être pire, qu'elle redonne un bon coup de dent et vous en prenne un autre morceau."

"Un phare, ça fonctionne pour les autres ; il est impuissant à éclairer l’espace le plus proche de lui."

25 février 2015

Panna Cotta citronnelle, crème de marrons

Un délicieux dessert proposé par ZESTE, mon mag culinaire dont je vous ai parlé ici
J'adore la légèreté de ce dessert, le subtil arôme de citronnelle et la gourmandise suprême: la crème de marrons...
Le seul souci, c'est qu'une fois que la verrine est vide on en redemande!
A refaire urgemment!  Le petit +: on peut les préparer à l'avance et s'éviter tout stress.

Recette de la panna cotta à la citronnelle et à la crème de marrons 
Ingrédients pour 6 verrines (de taille moyenne)
80cl de crème liquide entière
20cl de lait entier 
3 feuilles de gélatine
3 bâtons de citronnelle
100g de sucre blanc
250g de crème de marrons
50g de copeaux de noix de coco ou 6 c. à soupe de coco râpée
une vingtaine de feuilles de menthe fraîche

Préparation (préparation: 20min / cuisson: 5min / repos: 2h minimum)
Mettre les feuilles de gélatine à tremper dans l'eau froide pour les faire ramollir.
Verser la crème liquide et le lait dans une grande casserole avec les bâtons de citronnelle coupés en 4. Porter à ébullition et laisser macérer pendant 15min.
Si vous utilisez des copeaux de noix de coco (si coco râpée cette étape est inutile): préchauffer le four à 150°C. Éparpiller les copeaux sur la plaque du four et faire brunir 15min. 
Répartir la crème de marrons au fond de chaque verrine, réserver au frigo.
Passer la crème à la citronnelle au chinois afin de retirer la citronnelle.
Mettre cette crème dans une casserole avec le sucre. Faire chauffeur à feux doux, sans bouillir. Lorsque le mélange frémit, incorporer la gélatine (préalablement essorée) tout en fouettant. 
Verser cette crème dans les verrines et les remettre au frigo pour 2h minimum.
Au moment de servir, parsemer de copeaux de coco ou de coco râpée et décorer de feuilles de menthe. 

panna cotta, panacotta, citronnelle, marrons, menthe, coco, recette, FleurdÔ

21 février 2015

So'British

A l'heure du thé en fin de semaine: So'British11 rue de PeyrasToulouse, leur page FB: sobritishtoulouse

J'adore le nom de ce salon de thé, car le thé c'est So'British! L'accueil est excellent, une jeune serveuse très souriante nous installe. Briques toulousaines apparentes, tables en bois, chaises et banquettes type Louis XVI en velours teinté, anciens portraits accrochés au mur, un grand lustre à pampilles, des appliques en métal et un grand bar blanc plantent le décor.

La carte des thés est vraiment excellente, notre choix se porte sur une théière de thé (3.90€ le thé) et un cookie maison. 
Le cookie est bon mais c'est surtout le thé qui nous séduit à la première gorgée! Excellent.
Dommage les tasses et la théière sont très sobres, pas de jolie vaisselle so'british!
La déco n'est pas transcendante, hormis les chaises et banquettes qui sont canons, les tableaux et lumières sont très mal assortis, je trouve cela dommage de ne pas se sentir du tout en Angleterre, car avec un tel nom il y avait un gros potentiel!
Le rapport qualité/prix du thé est formidable: 3.90 la théière de 1L on peut donc la partager à deux et ne pas se ruiner.
Par contre, le prix du cookie: 3€ c'est cher pour un cookie de petite taille. 
Bilan de mon expérience So'British: un bon plan pour le thé mais l'ambiance/déco m'a beaucoup moins séduite que d'autres adresses à Toulouse. 

So British, salon de thé, toulouse, fleurdÔ

Posté par -FleurdO- à 18:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

16 février 2015

La Noria 14/02/2015

Au milieu de plantes extraordinaires: "La Noria" 22,24 av Bourges Maunoury, 31200 Toulouse 
site web: lanoria-toulouse.fr 

Pour la Saint Valentin, nous avons remis le couvert au restaurant La Noria. En 2014, je vous racontais notre expérience sur ce billet: La Noria - février 2014.

Cette année le menu Valentin de la Noria a augmenté de 10€ ce qui n'est pas rien... Menu à 35€ comprenant: 

Granité de calvados aux pommes et amuses bouches
-
Duo de foie gras poêlé et mi-cuit
-
Filet de bar grillé sauce beurre blanc et fruits de la passion.
Ou
Grenadin de veau de l’aveyron en croûte de noisette.
-
Cœur de bavarois aux fruits rouges

En accompagnement d'un granité de calvados (nous n'avons pas senti l'alcool), des amuses bouches composées de 2 chips de parmesan, 2 tomates caramélisées et 2 feuilletés (très simples et minimalistes). 
Le foie gras mi-cuit était posé sur une généreuse tranche de pain brioché tandis que le foie gras poêlé reposait sur une tranche de pain grillé et huilé. Très bon foie gras, entrée copieuse.
Un très beau morceau de grenadin de veau accompagné d'une purée de carotte et d'un gratin dauphinois. Cuisson réussie.
Le filet de bar était arrosé d'une sauce au beurre blanc et passion  avec quelques baies roses, le tout accompagné d'une purée de carotte et d'un risotto au parmesan. L'entrée et les plats furent copieux et goûteux, bien assaisonnés, nous nous sommes régalés. Le coeur de bavarois frais et léger fut le bienvenu après ce type de repas, cependant il manquait de saveur, c'est dommage. 

Le service était, à nouveau, assuré uniquement par le gérant, trop juste pour une salle comble.
La rose, clin d'oeil à la Saint Valentin, offerte à chaque table comme l'an dernier, est une charmante attention.
Bilan: un bon repas, copieux. Un effort de présentation des plats auraient été le bienvenue. Quant à l'augmentation de 10€, les quantités étaient plus généreuses et les mets plus nobles. Cela justifie-t-il une telle augmentation? Je donne ma langue au chat!

La Noria restaurant-Toulouse-St Valentin 2015-FleurdÔ