Il y a des livres qui se dévorent, c'est le cas de Châtiments. Un véritable page turner de 339 pages que vous n'ouvrirez qu'une seule fois. 

Résumé:940852178
Quand Ylva ne rentre pas à la maison un soir après le travail, Mike, son mari ne s'inquiète pas outre mesure. Sans doute est-elle allée boire un verre avec des collègues. Mais au fil des heures, l'angoisse le pousse à prévenir la police, qui voit en lui le suspect numéro un. Ce que tout le monde ignore est qu'Ylva est retenue en otage à quelques mètres de chez elle, par un couple récemment installé dans le quartier. Enfermée dans leur cave, elle est quotidiennement soumise à la torture. Car Ylva doit souffrir. Elle doit payer. Comme tous les autres. 

Mon avis (3/6): 
Certaines personnes ont des secrets qu'elles pensaient enfouies, oubliés, balayés...Mais d'autres personnes sont là pour leur rafraîchir la mémoire et se venger.  C'est ce qui arriva à Ylva, mariée, un enfant... elle vit sa vie basculer du jour au lendemain...
On a envie de savoir: pourquoi elle, comment va t-elle s'en sortir, comment va évoluer son mari qui se retrouve sans nouvelles, en proie aux doutes... Châtiments parle de vengeance et illustre parfaitement le cheminement vicieux de l'emprise du bourreau sur sa captive.

Il y a suffisamment de rebondissements pour ne jamais s'ennuyer. L'intérêt de l'histoire réside aussi dans son côté analyse du couple, les crises qu'il peut traverser, les craintes, etc.  L'écriture manque de profondeur et l'on ne s'attache jamais aux personnages. Sans parler de la personnalité très cliché donnée à certains protagonistes.  Cependant, c'est un livre qui vous garantira un agréable moment de divertissement car les ingrédients sont simples mais suffisamment efficaces pour accrocher son lecteur. Un livre qui se lit facilement, rapidement, l'idéal entre deux gros romans. 

Quelques passages: 
"
Ils se croisèrent au milieu de l'escalier, l'un montant, l'autre descendant. L'homme s'arrêta. 
— Anders ? dit-il. Anders le regarda. — Tu ne me reconnais pas ? fit l'homme. Le papa d'Annika. Tu te souviens d'Annika, n'est-ce pas ?
Soudain, Anders eut la gorge sèche. Son visage, à l'instant si détendu et plein d'espoir, s'assombrit et se crispa."

"Les chefs ont recours aux mêmes techniques que les dictateurs, pour la simple et bonne raison qu'il n'existe que deux moyens de gouverner : la carotte et le bâton. 

  1. Déplacement, isolement social
  2. Irruption de la violence
  3. Expérience de la faim
  4. Violence / Menace de la violence
  5. Dévalorisation
  6. Dette
  7. Gentillesse, privilèges
  8. Déni de soi
  9. Avenir sans espoir
Vous voyez tous bien ? Bon, alors passons au premier point…