Une vie entre deux océans de M. L. Stedman
Edition Stock - publié en octobre 2013

71HRWKelYyL

Résumé: Libéré de l’horreur des tranchées où il a combattu, Tom Sherbourne, de retour en Australie, devient gardien de phare sur l’île de Janus, une île sur les Lights, sauvage et reculée. À l’abri du tumulte du monde, il coule des jours heureux avec sa femme Isabel ; un bonheur peu à peu contrarié par l’impossibilité d’avoir un enfant. Jusqu’à ce jour d’avril où un dinghy vient s’abîmer sur le rivage, abritant à son bord le cadavre d’un homme et un bébé sain et sauf. Isabel demande à Tom d’ignorer le règlement, de ne pas signaler « l’incident » et de garder avec eux l’enfant. Une décision aux conséquences dévastatrices…Un premier roman plébiscité dans le monde entier qui interroge les liens du coeur et du sang.

Mon avis (6/6): J'ai été captivé par l'histoire du début à la fin. Bien au-delà de mes espérances... j'étais aux côtés de chaque personnage, ravie de les retrouver à chaque lecture, une envie forte de connaître la suite. L'histoire est fascinante et ne ressemble pas à mes lectures habituelles. Un homme marqué par la guerre se reconvertit en gardien de phare. Il rencontre une jeune femme au tempérament audacieux, elle le rejoint sur la petite île de Janus au sud-ouest de l'Australie, îlot en proie à l'humeur des vagues. Leur vie va ressembler à cet environnement, parfois paisible comme une mer tranquille et parfois tumultueuse comme un océan déchaîné. Des décisions seront prises qui scelleront à jamais leur destin, mais qui ne seront pas forcément assumées.
L'écriture est fluide, sans longueurs et le rythme est toujours soutenu car l'histoire est très mouvementée, grâce à cela on ne voit pas les chapitres passer. On s'attache beaucoup aux personnages qui ont chacun des personnalités entière, en proie aux doutes. C'est un roman empli d'humanité, de la peur de perdre ceux que l'on aime et d'empathie.
Le titre est parfait: une vie entre deux océans mais aussi entre deux mères...
J'ai terminé la lecture avec un sentiment de satisfaction et une émotion que peu de livres m'ont transmis.
Je n'ai pas été étonnée d'apprendre que ce livre a franchi le cap du million d'exemplaires vendus et qu'il a été récompensé du Prix des libraires indépendants en Australie pour le meilleur premier roman et le meilleur livre de l'année et est arrivé finaliste du Women's fiction Prize en Angleterre.
La très bonne nouvelle: les studios Dreamworks ont acheté les droits et un film va être réalisé autour de l'histoire! 

Quelques passages:
"Une fois qu'un enfant était entré dans votre cœur, il n'y avait plus de bien ou de mal qui tînt. Elle avait vu des femmes donner naissance à des enfants engendrés par des maris qu'elle détestaient, ou, pire encore, des hommes qui les avaient violées. Et les femmes avaient aimé ces enfants d'un amour farouche, tout en haïssant les géniteurs."

"Pour avoir un avenir quelconque, on doit abandonner tout espoir de jamais changer son passé."

"On ne fait pas marche arrière des années plus tard, quand tant de gens vont être affectés. On doit vivre avec les décisions que l'on prend. C'est ça, le courage. Assumer les conséquences de ses erreurs."

"Le bien et le mal, ça peut être comme deux foutus serpents : si emmêlés qu'on ne peut les différencier que lorsqu'on les a tués tous les deux et alors il est trop tard."

"Une vie était apparue puis avait disparu, et la nature n'avait pas marqué la moindre seconde de pause pour elle."

"Il arrive que la vie soit impitoyable, Isabel. Il arrive qu'elle vous déchire. Et il arrive aussi, au moment où vous pensez que ça ne peut être pire, qu'elle redonne un bon coup de dent et vous en prenne un autre morceau."

"Un phare, ça fonctionne pour les autres ; il est impuissant à éclairer l’espace le plus proche de lui."